Chanter

Oui, ce soir-là, j'ai chanté, et comme il s'agissait de chants religieux, j'ai commencé à improviser comme sur du blues ou du gospel. J'ai chanté comme je ne l'avais fait qu'une fois ou deux dans ma vie.

Il y avait à n'en pas douterJe devais sans doute cela à l'euphorie dûe à ma rencontre avec cette partie inconnue de mon histoire mais il y avait aussi cette incroyable capacité des personnes que j'ai rencontrées à s'émerveiller, à apprécier les choses sans jugement, sans critiques. En l'occurrence, tous trouvaient que je chantais très bien et ils savaient me le dire! Ils me poussaient même à le faire. Cela changeait tant de ce que j'avais connu en France où le sens critique est si aigu que mes ailes en furent coupées pour longtemps.

Mais là, là j'étais aussi une princesse de la chanson! C'étais bon, réconfortant et cela m'a donné une force incroyable pour moi à cette époque.

 

J'ai donc commencé à chanter avec confiance. Dan en était ravi et nous avons commencé à répéter quelques chansons: Mercedes Benz de Janis Joplin façon raegge, une chanson avec des paroles en Dida que nous avait apprise Emmanuel, le musicien...

Une situation amusante et particulièrement inimaginable se produisit: je fus amenée à chanter devant madame Simone Gbagbo.

En effet, audébut de décembre 2007, il advint qu'une électrification fut réalisée dans un village proche de Dogohiri, madame Gbagbo avait décidé d'en faire l'inauguration. 

Ceci est un réel événement car la Côte d'Ivoire est loin d'avoir de l'électricité sur tout son territoire et encore moins dans toutes les maisons.

 

Le lampadaire du village

Fillettes autour du lampadaire d'un village proche de Dogohiri, celle du fond en profite pour faire ses devoirs.

 

Le plus extraordinaire, c'était les efforts considérables déployés pour accueillir la femme du président et faire de cette occasion une fête grandiose. Ainsi, le village de Gragbadagolilié, comptant quand même plus de 7000 habitants s'orna de gradins: en dur et en hauteur pour madame Gbagbo et sa suite et pour les autres, au sol sous des barnums.Les chefs et notables les plus importants des villages alentours étaient installés en face de la tribune présidentielle. Je m'y installais avec mon père, attentive à tout ce qui se passait.

Des artistes connus commencèrent leur show et j'avoue avoir été surprise par le fait que tous chantent sans musiciens, sur des musiques enregistées... Il y eu des femmes qui dansèrent en chantant et soudain, un jeune homme nommé Dacoury, de Lakota, que j'avais eu l'occasion de rencontrer auparanvant, vint me trouver. Le plus sérieusement du monde il me demanda de chanter devant tout le monde, sans musiciens, en anglais et sans prépararation!!!

Bien évidemment, je n'imaginais pas une seconde que ce fut réalisable, je n'étais pas prête...il devait y avoir une organisation que je ne pouvais sans doute pas bousculer, etc.

 Hé bien non ! Dacoury alla directement voir le chargé de communication de la présidente, lui raconta je ne sais quoi et je fus invitée quelques temps plus tard à venir au milieu de tous pour chanter à capella!

Grand moment, il faut bien le dire car je ne savais absolument pas quoi chanter: je ne connaissais pas de chansons en entier ! En cherchant parmi mes musiques préférées, je suis partie sur "Let it be" des Beatles. Tout le monde connait sans connaître exactement les paroles! J'avoue que j'ai compté sur le fait que peu d'ivoiriens parlent l'anglais car après avoir chanté le premier couplet et le refrain, j'étais complètement perdue, j'ai dû rechanter le premier couplet et...j'ai terminé la chanson après un deuxième refrain... mais j'ai eu droit à de véritables applaudissements: c'était incroyable! Certains se sont même levés pour m'applaudir!

Un vrai baptème du feu qui m'a décoincée en me donnant le goût de chanter en public, ce que j'ai pu faire quelque temps plus tard, accompagnée par Dan à la guitare, lors d'une soirée organisée pas loin du "Carrefour", un haut lieu de Lakota. Le "Carrefour" est un lieu de passage intense, avec ses bars, ses boîtes de nuit, ses restaurants, ses vendeurs, de tout...C'est là que passent obligatoirement tous ceux qui viennent ou partent de Lakota.

Cette soirée concert avait été organisée fin décembre, par les membres d'une riche famille de Lakota qui possèdait entre autre une grosse quincallerie. Dan pu improviser avec deux jeunes rappeurs avant que je vienne pour chanter "Stand by me" et "Mercedes Benz"en sa compagnie.

Dan et deux rappeurs ivoiriens

 

Depuis ce temps, je chante de plus en plus et je ne compte pas m'arrêter de sitôt!

×